Baton : Un beau prototype mais rien de plus

Il y a maintenant deux ans, j’avais été séduit par un trailer assez charmant sur un film d’environ 1 heure proposé pour le 150ème anniversaire de la ville de Yokohama. Ce film devait être un ensemble de 3 épisodes de 20 minutes proposés par Ryuhei Kitamura (北村 龍平) en tant que directeur de la série et par Shunji Iwai (岩井 俊二) en tant que réalisateur, l’ensemble réalisé par une filière de GDH. Autre particularité, le film était produit au studio Titmouse aux USA sous la supervision de Mark Brooks. Le film semblait allier les techniques d’animation de Kitamura en rotoscopie avec le travail de cinéaste de Iwai, en mélangeant pas mal de scènes d’action dans un monde de science-fiction. A la base aucune version cd ne devait sortir, j’ai dont été assez surpris de voir une version dvd proposée.

Dès les premières minutes on sent parfaitement que ce film n’est pas aboutit visuellement, sûrement du à des causes de budget. Il semble plus avoir pris pour intérêt de fournir une sorte de tout 3D et fait parfaitement office de prototype d’animation, non pas fait être parfait, mais plutôt comme test tout comme l’était à sa manière Hoshi no Umi no Amuri. De manière générale l’animation est plutôt saccadée, certaines perspectives sont parfois vraiment étranges et toutes les scènes qui ne semblent pas utiliser directement de la rotoscopie semblent souffrir de ce genre de problème. On pourrait signaler d’autres points, comme les mouvements des personnages qui ne semblent pas naturels lorsqu’ils marchent normalement, jusqu’au rendu des différents visages.

Malgré ses défauts, Baton nous montre tout de même ce que pourrait être un film tout 3D différemment de Amuri avec des couleurs plus douces et des scènes moins surchargées en effet en tout genre. Mon constat en reste tout de même le même : L’animation japonaise n’est pas faite pour être en tout 3D, si des studios occidentaux le font assez bien je trouve que « l’esprit japonais » dans l’animation n’y a juste pas sa place. J’irai même jusqu’à dire que l’animation japonaise ferait bien mieux de se retirer tout simplement de la 3D dans la majorité des cas, certaines séries comme la dernière saison de Kimini no Todoke se laissent parfois aller dans des vagues délires comme animer en 3D les toilettes, donnant presque sans arrêt un rendu sacrément moche. Il en va de même avec les séries style slice of life qui cherchent toujours à animer les voitures en 3D, comme si cela en était une norme. Pourtant dans la majorité des cas le résultat est de loin bien plus mauvais que si le travail avait été effectué en animation traditionnelle.

Je ferme ici la parenthèse pour continuer sur Baton. D’autres éléments plus fâcheux font apparition dans ce film, notamment des erreurs simples d’inattention que je trouve tout de même (tout en restant un simple spectateur) inadmissibles pour un travail professionnel. Notamment le fait de faire rentrer dans un plan six personnages, puis dans le plan suivant n’en retrouver plus que cinq. C’est juste incompréhensible, c’est à croire qu’il n’y a eu aucune story-board réalisée pour le film et c’est vraiment dommage car cela choque pas mal lors du visionnage.

6 personnages sur le plan de gauche, plus que 5 dans la scène suivante ?

Pourtant comme je l’ai dit auparavant, l’animation réalisée lors des scènes de combats est bien plus fluide, sûrement du au travail en collaboration avec Iwai. Les actions s’enchaînent de manière rapide sans perdre en précision. Cela reste tout de même un gros point positif et qui donne de l’intérêt à cette production, ce long-métrage n’a pas grand chose d’autres à proposer. J’ai uniquement parler d’animation plus à défaut d’avoir trouver autre chose de bien, en fait le scénario ne vaut presque rien : on suit deux individus dans une sorte de désert, l’un est un genre de robot androïde qui après avoir trouvé une carcasse d’un ancien robot va se faire infecter par un OS nommé Cypher. Suite à cette infection il va se faire poursuivre et aider par un robot de l’armée. La découpage est plutôt mauvais et l’idée ne casse pas deux pattes à un canard, là aussi on reste assez déçu du peu de volonté que semble avoir mis Kitamura même si ce n’était clairement pas l’objectif principal.

On sent que le métrage tente tout de même d’avoir un peu inspiration et propose quelques références dans le thème de la cybernétique, mais il y a tout de même un sacré vide dans les idées et on a parfois presque l’impression que c’est à contre cœur que les membres du staff ont produit certaines parties. Pourtant certaines pensées ne sont pas mauvaises comme l’envie d’ajouter des ailes faisant office de sorte de réacteurs individuels, mais l’animation donne aussi défaut à ce qu’aurait pu être un bon résultat.

Au final Baton reste ce qu’il est et reste ce qu’il a promis : Un simple prototype sans aucunes promesses. Ce long métrage sera intéressant pour les gens qui comme moi cherchent dans l’animation une sorte de laboratoire d’expériences visuelles. Les autres peuvent clairement passer leur chemin, cela aurait été intéressant si le film avait été aboutit mais ce n’est malheureusement pas le cas. Néanmoins on ne peut pas critiquer l’idée proposée et l’intérêt que pose ce genre de production. La seule vraie critique que l’on peut formuler à Baton serait le manque de motivation qu’il laisse transparaître, dans son story board qui semble bâcler et dans le manque d’idées originales qui auraient largement eu leur place ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s