Notes sur Ashita no Joe 2

J’ai récemment vu Ashita no Joe 2, soit l’adaptation de la seconde partie du manga après la fin de son combat contre Rikiishi, série que j’ai commencé à la suite de la lecture de la dernière édition de Glénat. Plutôt que de faire une review complète sur la série, j’aimerais plutôt proposer quelques impressions sur certains point de cette formidable série. Cette manière de faire engage des spoils et a plus d’intérêt pour ceux qui l’ont vue. J’espère que c’est le cas de ceux qui me lisent, même si j’ai l’impression que nous sommes pas nombreux car Joe ne semble pas attirer de manière aussi important les japonaise que le français, ce qui est bien dommage. Si ce n’est pas le cas, je ne peux que vous encouragez à commencer à lire le manga édité chez Glénat dans la collection vintage. La 1ère série n’ayant jamais été éditée, vous pouvez aussi aisément la trouver sans vous faire perde le peu de culpabilité qu’ils vous reste, la seconde série et quant à elle aisément trouvable en occasion à des prix corrects, l’édition collector proposant d’ailleurs des livrets assez sympathiques à voir, ainsi qu’une interview du réalisateur qui est quant elle plus critiquable mais tout de même bienvenue. Le manga et la série sont assez vieux, mais se freiner au pur visuel serait vraiment dommage tant la série apporte un contenu intéressant (même si j’avoue que certains mouvements de caméra sont assez énervants dans la série).

Joe, un héros au rôle central

Une chose est plutôt frappante dans la série, c’est que le héros occupe toute la place. Toutes les séries actuelles développent des personnages secondaires, devenant parfois même plus intéressant que le personnage principal. Si ces membres peuvent occuper une place plus ou moins importante, ils servent avant tout à diversifier les personnages et ne pas trop se focaliser sur le ou les héros. Le plus souvent ces personnages possèdent un caractère et une histoire propre très caractéristique et que l’on met souvent en évidence lors de leurs interventions. Seulement il n’y a pas de cela dans Ashita No Joe, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de personnages secondaires. En fait ils sont tous liés à Joe de manière plus ou moins proche, mais ne s’y détachent jamais. C’est aussi assez frappant quand on constate que ces personnages ne possèdent pas vraiment de passé, certes on connaît le passé de Danpei ou la vie du personnage de Carlos par exemple, mais c’est très rapidement expédié. Je pense que c’est surtout du que le personnage de Joe est tellement réussi qu’il n’a pas besoin de personnage secondaire plus développés que ça.

Ainsi tous les personnages gravitent autour du héros, on ne présentera pas un personnage qui n’a pas une relation plus ou moins directe avec celui-ci. Si l’on prend en comparaison le personnage de Takamura dans Hajime No Ippo (remarquez ce titre tout de même très semblable à HnJ, et il ne s’agit pas là d’une critique), lui est très développé dans la série et prend d’ailleurs un passage central dans plusieurs moments des différentes saisons. C’est exactement ce qui n’arrive pas dans AnJ, Nishi réalisera bien quelques combats mais c’est tout, il deviendra surtout le sparring partner de Joe. Et pourtant … ces personnages périphériques ne sont en rien peu attachants, que ce soit pour les enfants ou les membres du club, sans oublier les deux personnages féminins attachées à Joe. On ne peut que constater avec étonnement qu’ils ne sont jamais lourds et ont aussi leur importance dans le récit. C’est sans doute l’un des meilleurs ensemble de personnages qu’il m’ait été donné de voir dans l’animation japonaise, jouant parfaitement leur rôle sans en faire trop et laissant ainsi la place voulue au personnage de Joe.

Le destin de Noriko

La pire des scènes joyeuses

Noriko est pour moi le second personnage le plus intéressant après Joe car elle possède un destin que je trouve tragique. Il faut se rappeler de Noriko, ce fut quand elle était lycéenne qu’elle rencontrera Joe à l’épicerie où travaille Nishi. Ce sera alors le début d’une affection pour le personnage principal, son intérêt pour celui-ci lui fera d’ailleurs haïr de plus en plus son destin de boxeur où la violence règne, mais elle sera néanmoins auprès de lui durant toute la durée de la série. Joe ne remarquant évidemment pas ses sentiments (et il est possible que elle non plus ne les comprenne pas au début), leur relation n’avancera pas vraiment. Je ne sais pas ce qu’il en est vraiment, mais j’ai l’impression que son mariage avec Nishi a été arrangé de sorte à donner la voie libre à Yôko après la nécessité de stopper rapidement la série. Et c’est cruel car au fond même après son mariage avec lui, elle pensera toujours à Joe jusqu’au bout même au niveau le plus critique. C’est ainsi un amour déchu mais pourtant qui lui semble inoubliable, on éprouve de la peine pour elle. Et pourtant le tout est fait de telle sorte que l’on reste aussi admiratif face à cette initiative des scénaristes, proposant ainsi un nouvel angle dans l’esprit de Noriko et étant quelque chose de très peu proposé dans DA japonais. Néanmoins je reste que persuadé que Noriko aurait du être avec Joe, Yôko ne portant pas l’intérêt nécessaire.

Le superpersonnage de Joe

Profiter de la jeunesse ne signifie pas la même chose pour moi.

Mais je la vis à ma façon : Je m’enflamme comme une torche, sur le ring, couvert de sang.

Rien à voir avec des petits plaisirs sans vie, sans flammes.

En un éclair je vois jaillir des étincelles incandescentes.

Mais à la fin … il ne reste que de la cendre toute blanche.

Ce n’est plus un morceau de braise, mais de la cendre … toute blanche.


Je l’ai mis en avant dans le 1er point, il faut savoir que Joe est un héros comme on en voit plus. Je vois ça à plusieurs raisons qui en réalité s’entrecoupent l’une entre elles :

  • Tout d’abord Joe n’est jamais chiant, dit comme ça c’est certes légèrement abrupte comme déclaration mais c’est pourtant ce que l’on ressent. Car Joe est à la fois un personnage terriblement charismatique qui prend une place plus que majeure dans la série, et pourtant qui est tout le temps intriguant. Et cela fait boule de neige car on commence vraiment à s’attacher à ce personnage, à le connaître.
  • On va aussi suivre Joe sur une longue période, car il y a pas mal de temps qui passe entre le début de la série et la fin. Joe murit, il change physiquement et mentalement et devient ainsi un personnage que l’on suit comme s’il était une personne réelle. Il devient ainsi un moment beaucoup plus calme, il essayera même de retrouver la nature de « fauve » qu’il possédait. Mais il est sans conteste un personnage qui changera le plus de comportement de manière continue tout le long d’une série. Cette idée de réalité et de suivi apporte un attachement non négligeable au personnage de Joe.
  • Ce qu’il représente est aussi un des moteurs de l’affection que l’on peut approuver pour ce personnage. Ceux qui en connaissent un minimum sur la série, savent que AnJ tire aussi un peu de sa célébrité par la représentation sociale de la population lors de la période d’après-guerre. On peut apprécier en tant qu’européen cette tentative mais je ne pense pas que l’on soit capable de l’apprécier autant qu’un japonais, et encore d’un habitant de l’époque de la série. Par contre Joe représente aussi autre chose, cette voie de la jeunesse et de la passion, le fait de s’y investir pleinement pour y trouver un sens dans sa vie. Nuls doutes que cette idée a été réutilisée dans bien nombre d’autres mangas, mais on ressent tout de même que ce message est plus fort dans cette série que dans les productions bateaux. Car on y croit, du moins on respecte le personnage de Joe pour ça et on a envie de s’y inspirer. Cette note est par ailleurs représenter de manière plus flagrante dans la jeune de Joe, car ce sera la boxe qui le fera en partie sortir du camps de discipline. On nous le rappelle un autre moment quand Joe aide une sorte de Bosozoku à trouver sa voie dans la boxe.

Toutes ces choses là font de Joe un personnage unique, charmeur qui inspire beaucoup d’éléments. Cela jouera énormément sur la fin de Joe qui est sûrement un des moments les plus connus dans la japanime. La fin de Joe ne nous  propose pas ainsi une happy end à l’image qui est transmise par ce message, pourtant elle est belle car elle représente aussi l’achèvement de cette voie. Je ne sais pas si Asao Takamori (高森 朝雄) et Tetsuya Chiba (ちば てつや) avaient voulu proposer ce message à la fin de la série si ils ne devaient pas l’arrêter rapidement. Mais cette image met aussi un point d’honneur sur le réalisme dont fait preuve la série, le personnage étant certes surhumain et se redresse à partir de sa volonté et de sa fierté (et j’imagine qu’il faut aussi saisir ici une image d’après-guerre assez japonaise), les combats restent tout de même d’une importante réalité. Le coup fétiche de Joe restera d’ailleurs le cross counter, coup qui peut sembler terriblement banal dans les autres séries mais qui est ici relevé comme d’un geste technique unique à ce personnage.

Ashita no Joe est donc une série qui possède un thème fort, mais aussi des personnages utilisés de manière judicieuse centrés autour de Joe, personnalité incontestable de la japanimation. C’est assez étrange car pour comprendre pourquoi la série et le personnage de Joe sont si populaires, il faut suivre la série. Car l’appréciation de Joe est en fait la réalisation de tout le cheminement que l’on fait avec lui, de son évolution et de ce qu’il représente. Et au final on comprend, car Joe est un personnage terriblement attachant et qui se distingue de tous les autres personnages disponibles et le sera sûrement à tout jamais. Une série à voir au risque de passer à coté d’un monument de la japanime, mais aussi d’un moment unique que nous propose cette œuvre.

Note : Je vous conseille de lire le rétrolien de J-C Dardart pour une vision intéressante d’un point de vue psychologique sur le personnage de Joe !

2 réponses à “Notes sur Ashita no Joe 2

  1. Asao Takamori = Ikki Kajiwara !
    faut pas oublier de le préciser, il avait un contrat d’exclusivité du coup, pour faire ashita no joe, il a dû prendre un pseudonyme !

    sinon, maintenant que tu le dis, en effet la plupart des perso secondaires sont plus que secondaire.

    sinon, Hajime no Ippo a clairement été fortement influencé par Ashita no Joe, on ne peut plus faire de manga de boxe sans y penser, tout comme on ne peut plus faire de shounen manga sans avoir une influence d’Akira Toriyama.
    Rien qu’en lisant certains manga, tu sens leurs influence, comme par exemple on sent dans la lecture de Eyeshield 21 que le mangaka est un fan de Slam Dunk vu qu’il reprend pas mal de codes scenaristiques de ce manga.

  2. Pingback: Joe Yabuki : la rage de vivre à en mourir | Le Blog de Jean-Christophe Dardart

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s