High school of the boobs

Je n’ai pas vraiment regardé les animes ayant débutés cette saison mis à par Amagami SS et High School of the Dead, mais quand je lis sur la plupart des forums et autre webplaces que HOTD est le meilleurs anime de la saison, alors je ne peux que me dire que le reste de la saison devait vraiment être à jeter. Passons directement la case du synopsis pour peu qu’on puisse en trouver un et attaquons nous au fond, pour peu qu’il y en ait aussi un. Commençons par ces personnages qui n’ont rien d’autre à offrir qu’un physique que je ne trouve pas forcément attirant, ils font ainsi preuve d’une psychologie de bas étage et d’un comportement totalement absurde. Entre le personnage débile à gros seins bonne à passer pour une fille facile et la tsundere elle aussi avec une poitrine prédominante, on trouve de quoi servir n’importe quel fantasme qui pourrait coller à l’animation japonaise. Le pire restera de toute manière l’infirmière qui n’a été faite QUE pour attirer des mâles en absence de hentaï sur leurs disque dur. Honnêtement, comment peut-on aimer ces personnages ? Je parlais dernièrement des personnages de la première série Macross et ils sont d’une toute autre classe, ils ont une vraie personnalité et ils deviennent attachants pour leurs intentions, leur ressenti alors même qu’ils sont fictifs. On ne possède absolument rien de ça dans HOTD, car pour tout dire je ne crois pas qu’il y ait un quelconque travail sur la psychologie des personnages pour leurs donner une profondeur, même de surface. Alors bien sûr on peut retrouver des attitudes de personnages proches de la folie donnant l’envie complètement absurde à certains de qualifier la série de réaliste (oui oui), mais ce ne sont guère plus que des mises en place qui m’ont plus procuré l’effet inverse intervenant dans cet aspect « too much ». Et le personnages de Saeko ne sauve pas la mise malgré ce que l’on a tenté d’en faire, même si ça reste peut être le meilleur personnage féminin. Les deux personnages masculins ne sont pas mauvais non plus mais restent aussi dans cette optique du déjà vu, par exemple dans la réaction entre Takashi et Saya dans le manoir, c’est juste totalement mauvais tellement ça sonne faux de la part de sa part.

Et là je n’ai pas attaqué les scènes de fesse ou presque de ce niveau. L’épisode 6 fait office de déclencheur pour la suite de la série mais se classe aussi particulièrement haut dans les épisodes ayant un intérêt proche du néant, dans le même genre que l’épisode 7 de la 1ère saison de Strike Witch. Car en fait mis à part que dans une série on voit des gamines nues, l’autre ne fait pas vraiment mieux avec des scènes suggérées à tout vent. On a dans les deux des personnages avec une réflexion digne du Qi d’une chèvre, un vide scénaristique que les réalisateurs  peinent à cacher sous des fausses bonnes idées, il n’y a pour ainsi dire rien dans cet épisode. Le pire reste que ce genre de scène sera ensuite estampillé de manière plus fréquente dans l’ensemble de l’anime, rendant le tout indigeste tellement c’est rendondant. Pendant un moment madhouse a voulu nous faire croire qu’il nous proposerait des belles scènes d’animation qui bougeraient mais en fait non, il faut croire que les gros plans sur les soutient gorges vendent mieux. Le plus ridicule restera tout de même la gamine présente dans la seconde moitié de l’anime, renforçant encore ce sentiment de nullité. Non mais quand même, une gamine de 12 ans qui apporte de manière normale et avec le sourire un chargeur de M16, ça atteint des sommets à ce niveau là. Il en va de même avec les scènes de suspens qui n’en sont pas, se résumant le plus souvent au final à du viandage à l’intérêt discutable et ça sans noter les autre incohérence diverses. Les personnages utilisant leur tête uniquement pour utiliser une arme ou aller prendre un bain. Et cette fin juste comique, dans le genre toute la population est un cadavre ambulant mais j’ai encore le sourire … C’est presque le coup de grâce.

Alors je me fais peut être vieux, mais j’ai tendance à croire que ce genre d’anime dégrade complètement l’animation japonaise. Car on ne regarde pas un anime juste pour les yeux mais aussi car on retrouve certaines choses présentes, quelque chose qui a peut être fait notre jeunesse par la même occasion. Cette idée de cohésion par exemple, bien sûr tous les animes n’abordent pas ce thème mais on retrouve toujours la même manière de faire, par exemple dans Heroman où Joey trouve une confiance en soi auprès de son robot. Mais il n’y a rien de ça dans cette série, ça se résume ainsi à du vulgaire cinéma hollywoodien de bas étage où l’on nous propose juste de quoi se rincer l’œil et encore. Alors bien sûr ça se laisse regarder mais ça reste ce que c’est et on est de très loin d’un anime de qualité. Évidemment cette idée de l’animation japonaise est parfaitement subjective, elle regroupe tant de secteur que l’on ne peut pas les mélanger ainsi, mais la majorité des œuvres qui en sont représentatives se distinguent tout de même par ces éléments. Un jour on m’a filé l’épisode 53 de Minky Momo traitant notamment de manière singulière le métier des animateurs, Minky Momo se demandant notamment pourquoi ces animateurs travaillaient jusqu’à en être dans des conditions si précaires, un personnel lui répondant que tous les animateurs portaient en eux le rêve que leurs personnages soient animés. C’est une image mais je ne pense pas que ce ne soit que cela, et je me demande de quelle manière on peut avoir envie de produire une série telle que HOTD.

Entre un Summer Wars pas trop mauvais et un futur Red line qui semble être une sacrée bombe, on se demande ce qu’a vraiment foutu madhouse dans cette histoire, on reconnaît mal le studio qui a fait toutes les séries de Masaaki Yuasa (湯浅政明) même si on se doute que l’aspect financier est plus que présent. On revient ainsi au même discours analogue à celui avec K-on qui aboutit sur absolument aucune conclusion tant on est tous retranchés dans nos goûts, cependant je ne peux que regretter encore ce manque d’intérêt dans des séries qui sont pourtant plutôt bien animées; et même s’il faut de tout pour faire un monde. Une seconde saison est plus que proposée à la fin de ces douze épisodes et il est assez inespéré d’imaginer un retournement de situation dans la manière dont va se dérouler cette suite. Les saisons actuelles étant aussi sèches qu’un désert malien en  terme de très bonnes productions (certains animes ne sont pas forcément mauvais mais ne cassent pas des briques non plus), il semble être nécessaire de s’attaquer à des animés qui ont déjà fait leur temps pour y trouver vraiment son compte.

16 réponses à “High school of the boobs

  1. Comme j’ai lu le manga, j’ai beau avoir été surpris de l’enjouement autour de la série je sais que je peux passer mon chemin sans regret. Bien sûr que non il n’y a pas de psychologie, de réflexion ni d’intérêt quelconque à part les nichons, les zombies, le fan-service, le gore et surtout le mauvais goût.

    Tu parles des « saisons actuelles » mais le printemps était quand même assez riche et je dois personnellement remonter à l’automne 2008 pour voir autant de bonnes séries. Mais c’est sûr que cet été, il n’y a pas grand chose à sauver à première vue (je dis ça, mais j’ai vu que des impressions et des trailers.)

  2. C’est de l’alimentaire comme Manglobe avec Seiken BlackSmith ou le The World God Only Knows à venir. Perso, je passe outre, limite j’applaudis si ça plaît à la masse si ça permet de financer du Yuasa, du Yamauchi ou du Iso.

  3. « si ça permet de financer du Yuasa » Ah bah, j’avais pas vu les choses sous cet angle-là. Pourquoi pas, dans ce cas ^^ Après je doute que le studio veuille vraiment exploiter les gros buzz pour financer les trucs moins hypés mais bon…

  4. Je ne vois pas ce qu’il y a de surprenant dans ce projet (dont j’ai lu le manga mais non encore vu l’anime).
    Le principe de HSOTD, c’est de reprendre les codes des films de zombies « à la Romero » (= Dawn of the Dead), et d’y ajouter des clichés nippons. Là, tout est dit. Les productions de ce genre se focalisent plus sur la survie que sur la psychologie des personnages – généralement caricaturaux – et cette série en fait de même, en reprenant des archétypes comme l’otaku, les filles à gros seins tsundere / kendoka / maid / connes / plusieurs à la fois / autres ; cela ne va pas plus loin, c’est le contrat de départ.
    Et de mon point de vue, il ne s’agit pas de la première série de Madhouse qui privilégie le visuel au fond. Tu prends Kurozuka, par exemple, tu as au moins une séquence de combat à l’animation démente par épisode, presque de manière contractuelle, mais le scénario lui-même reste assez léger malgré son univers post-apocalyptique et son style largement emprunté à Kawajiri. D’ailleurs, en parlant de Kawajiri, ses films donnent rarement la part belle à l’histoire par rapport au visuel.

  5. Je suis globalement du même avis que Gemini . Ça vire même à l’auto-dérision comme lors de ce dialogue entre Saya et l’infirmière :
    – Why are you spaced out
    – That’s my character .
    En effet la cruche est içi.

    J’ai trouvé HSOTD regardable mais inégal en terme de contenu, avec des scènes qui défient toute logique notamment dans ce fameux épisode où les personnages n’ont pas la clairvoyance d’enjamber cette barrière faite de câbles assez espacés.
    Pour finir, je ne m’étais pas rendu compte que l’animé se clôturait par cet épisode ( dommage pour le centre commercial ) et comme l’a indiqué jevanni la scène finale est assez risible ( voir plus ).

  6. « Vox populi, vox dei ». Les otakus jap’ (tu sais ceux qui achètent les DVD) veulent des animes très cons bourrés de fan service, ils auront des animes très cons bourrés de fan sevice…

  7. Oui j’en ai bien conscience que l’on nous propose ici quelque chose auquel on s’attendait, mais ça ne change pas que cet anime reste tout de même sacrément vide, et le fait que madhouse en ait fait d’autres change pas grand chose le résultat.
    Sinon c’est vrai Hikaru, je l’avais noté en plus lorsque j’avais vu ce dialogue mais je ne m’en suis pas souvenu.

  8. Je ne sais pas si HSOTD « dégrade complètement l’animation japonaise », dans les 80′ et 90′ on a eut des trucs à peine mieux qui se montaient autour de 3 robots et 2 nanas en bikini et qui étaient cools. L’animation jpn reste malgré tout un média populaire et ne peut pas tout le temps sortir des titres avec la profondeur d’un Miyazaki ou un Oshii. Tu prend en exemple le Shin Minky Momo 53, mais toute la série n’est pas de ce niveau, un peu comme Doremi Dokkan et son ep 40 par Hosoda. Ce sont deux véritables gemmes au sein de séries qui dans leur majorité ne vident que le divertissement. Et en tant que divertissement je trouve que HSOTD a réussit son paris en assumant à fond son excès et sa vacuité.
    Ensuite c’est du divertissement de bas étage, car ça n’a rien à transmettre, mais ça reste efficace. Après tout Godard disait que tout ce qu’il faut pour faire un film c’est une nana et un flingue, HSOTD y ajoute des zombies. Et en tant qu’œuvre de zombie elle est loin d’être mauvaise.
    Pour moi le vrai problème de la série c’est surtout dans la manière dont elle a du mal à enchainer ses séquences mémorables. On nous offre des boobz supersoniques et autres délires fantastique par leur « trop », mais entre on a du mal à meubler. Dans le manga ça passe assez bien mais ici la baisse de régime rend la série inégale. La non-fin de la série renforce cette impression puisqu’on a atteint aucune finalité (et c’est pas les OAD qui suivront qui vont arranger la chose vu que le manga pique du nez durant l’arc du centre commercial). On se souviendra d’HSOTD pour des séquences éparses, toutes trouvables sur youtube, pas pour son ensemble c’est un peu dommage mais ça aurait pu être pire.

    Et puis bon, se plaindre que Madhouse se fourvoie là dedans c’est oublier qu’ils ont aussi été coupables des adaptations de Chobits, Ichigo 100% ou Kamen no Maid Guy… Après la réussite Black Lagoon ils semblaient même les plus à mêmes d’adapter ce manga.

  9. « mais quand je lis sur la plupart des forums et autre webplaces que HOTD est le meilleurs anime de la saison » dit moi où que j’aille pas là-bas.

    Comme l’a dit Tetho, HSOTD s’assume pour ce qu’il est et ce qu’il donne au spectateur, ceux qui en attendaient plus se sont fourvoyés à mon avis.

  10. Je crois que je me suis mal forumulé, pour tout dire j’en attendais pas beaucoup de la série même si après le premier épisode j’imaginais quelque chose de mieux et ça c’est détérioré au fur et à mesure. La chose que je voulais soulever sans pour autant le contredire était plutôt que le studio a les capacité de nous fournir des animés qui font preuves de certaines qualités comme celles citées plus haut, mais qu’il nous propose ici un anime de bas étage. Je ne remets pas ici le concept de zombie par exemple, mais on a ici beaucoup trop de ecchi au profit d’aspects qui auraient pu être de meilleur qualité. Alors bien sûr on a ce que l’on nous a présenté dès les premiers épisodes, mais ce n’est pas une justification pour autant.
    Après je ne doute pas un instant que pendant tout le temps où l’animation japonaise à exister, on a eu des œuvres de ce calibre là. Après on peut aimer certaines séquences (et encore ça reste discutable, genre je n’ai pas forcément aimé la séquence matrix) mais on discute surtout ici de l’ensemble de l’animé et de manière générale l’anime est bourrée de défauts.
    Tabris, pas besoin de chercher très loin si tu veux mon avis, pas mal de gens désignent cette série comme celle qu’ils ont suivi de près cette saison.

  11. Comment il fait son vieil aigri.
    Dans Minky Momo, ce n’est pas simplement le rêve que le personnage soit bêtement animé mais plus le souhait de faire vivre leur personnage à travers l’animation. Ici, les animateurs ont restreint leur champ d’action et ont fait vivre les poitrines, ils ont réussi haut la main.
    Après si un HotD peut à la fois financer des projets comme The Tatami Galaxy & offrir des boobs, je m’en plaindrais pas.

  12. Merci Jevanni, je me sens moins seule sur ce coup.

    En entendant parler d’HotD j’ai comme l’impression de m’être bouffée de la publicité mensongère. Je voulais de l’horreur, un scénario, du suspense … j’ai eu … du cul, point final. OK, c’est beau, voir de si belles formes animées de cette façon là, c’est fabuleux. Oui mais non, ça ne passe pas. Eiken aussi jouait la carte de l’auto-dérision ? Ça ne passait pas plus.

    Il y avait du potentiel, je n’en retiens que de la déception.

  13. Faut se renseigner sur le modèle de base aussi, si le studio d’animation ne fait pas l’effort d’ajouter du contenu original, y’aura pas de changements.

  14. Les personnages de strike witches sont dignes des gens IRL niveau personalité ! et l’épisode 7 est une pure réussite de fanservice ! Aussi, les séries de la saison à voir ce serait : Strike Witches DEUX (meilleure que la première saison), Mitsudomoe (si on apprécie l’humour), Seitokai Yakuin Domo (idem).

    Sinon, HOTD est clairement dans le bas du tableau cette saison : vu la qualité du fanservice, autant aller surfer sur danbooru, on trouvera mieux (et pas moins bien animé vu le nombre de plans fixes de la série). Et pour les zombies, les scènes d’actions sont molles et peu prenantes, on a l’impression qu’ils sont posés comme des plots, nullement qu’ils représentent un danger. Après le reste, c’est du néant comme tu l’as dit.
    Alors oui, financer The Tatami Galaxy, etc, d’accord, mais au moins avec des séries plaisantes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s