Parallel works 1 et 2 : Le TTGL qui n’en est pas un ?

On ne peut sûrement pas me considérer comme fan de Tengen Toppa Gurren Lagann (天元突破グレンラガン) car malgré le fait que j’ai rerevu certains passages de la série, je suis de loin à connaître toutes les références de celle-ci. Néanmoins je reste tout de même admiratif par la manière à laquelle la série a réussi à regrouper les anciens et les nouveaux amateurs d’animation japonaise sous une envie commune, peut être pas la même pour tous car chacun apprécie la série à sa manière mais tout de même. C’est donc avec deux années de retard que je m’attaque aux parallel works (je n’avais pas encore vu le premier volume) et j’ai profité de l’occasion pour toucher aussi au second volet.

Les parallel works sont des projets omnibus sur l’univers de la série. Voyez ici l’univers de TTGL en grand, c’est-à-dire que ça touche parfois plus ou moins la série, ça peut aller d’un personnage aux Ganmens. Chaque séquence est réalisée par un animateur qui travaille seul ou à deux sur le clip (sans compter les animateurs clés bien sûr), un clip qui est avant tout une animation qui reprend une musique de la bande son de la série (le projet se nommait à la base Music Vlip Project) ou du moins pour le premier opus. Le premier volume a été annoncé lors du TAF 2008 et les premières diffusions en ligne datent de l’été 2008 à un rythme d’un épisode par semaine sauf pour les deux derniers épisodes où il a fallu attendre 2 mois. Les coffrets ne sont évidemment pas disponibles en France et ne sont accessibles qu’en import, le deuxième volume étant proposé sur le marché que depuis environ 2 semaines.

Note rapide sur la BO : Lors d’une interview de Hiroyuki Yamaga (山賀博之) – Co-fondateur de Gainax et producteur de nombreuses séries –  par ANN, il a notamment parlé de la bande son de ses productions; passage que je copie ici.

Some of Gainax‘s works become particularly famous for their soundtracks, particularly FLCL, as well as Evangelion and Gurren Lagann. How does Gainax approach the music? Does it come later in the production process?

We don’t decide the music on our own at Gainax. Depending on the series we have different sponsors, like Evangelion had King Records, who said we had to use their musicians. For Gurren Lagann we were working with Aniplex, which is part of Sony, so we had to use Sony artists. We actually wanted a guy rock band to do the opening music, and Sony said that they didn’t have one, so how about using Shokotan, and that’s how Shoko Nakagawa sang the opening song. So sometimes stuff like that happens, and that’s how music gets selected. Weird coincidences and stuff.

Visuel du volume 1 Parallel Works

Le volume 1 n’est disponible que en une édition possédant les 8 épisodes ainsi qu’un booklet nommé « Gurepara Kaitai Shinsho », pour le prix d’environ 25 euros frais de port et taxes exclus. Voici un tableau récapitulatif des différents clips proposés avec l’animateur et la musique liés.

Akira Amemiya (雨宮 哲)
Directeur de l’animation de la série pour les épisodes 5, 7 et 22 ainsi qu’animateur.

Uniting Can Go Fuck Off!!

合体なんてクソくらえ!!

Shin Itagaki (板垣 伸)
Directeur de l’épisode 6, animateur de l’épisode 24 et storyboard sur les épisodes 6 et 7. Il est aussi le directeur de la série Basquash!

Rap Is A Man’s Soul!
ラップは漢の魂だ!

Hirokazu Kojima (小島大和)

Animateur dans l’épisode 27 et dans le film Ragan-hen.

Boing VS Boing

ボインVSボイン

Fumio Iida (飯田史雄) – Suzuen

Ancien de Gainax, il a bossé sur Gunbuster.

Baf Baf! Do You Like Being That… Fired Up?

BafBaf!そんなに燃えるのが…好きかい?

Ryouji Masuyama (益山亮司)

Animateur de l’épisode 27 et dans le film Ragan-hen.

Thrust Through The Heavens With Your XXX!

お前の×××で天を衝け!!

Hiroyuki Yamaga (山賀博之)

Dit plus haut, aussi directeur de l’épisode 16. Il est aussi le producteur exécutif de FLCL.

« Libera me » from hell
Yoh Yoshinari (吉成曜)

Mecha designer de la série et des deux films, directeur de l’animation de l’épisode 27 et animateur de l’épisode 6.

All You Bastards, Get Fired Up!!!

お前ら全員燃えてしまえっ!!!

Keisuke Watanabe (渡辺敬介)

Animateur dans l’épisode 27 et dans le film Ragan-hen.

Rap Is A Man’s Soul!

ラップは漢の魂だ!

Pour être honnête, je ne m’attendais absolument pas à ça. Les différents clips abordent des techniques souvent très différentes de ce que l’on peut voir lors de la série. Chaque séquence est parfaitement individuelle et a chacune une trame différente. Le plus déconcertant visuellement est sûrement le clip de Hiroyuki Yamaga, qui tient en fait plus du film que de l’animation. Là où le discours de fond est très implicite dans cette séquence, c’est totalement le contraire avec le clip de Yoh Yoshinari qui nous propose ainsi quelque chose beaucoup plus dans l’idée de la série, que ce soit visuel ou autre. L’épisode de Fumio Iida est aussi quelque peu étrange et c’est peut être celui que j’ai le moins apprécié tant il ne m’évoquait rien de la série (des personnages qui jouent à un genre de pachinko), qui plus est j’ai trouvé le chara design de Simon vraiment mal fait. Le clip de Akira Amemiya est plutôt sympa même si certaines séquences paraissent improbables aux niveaux des mouvements, par contre je trouvais que l’animation possède une touche très personnelle que j’ai apprecié. Le clip de Shin Itagaki rivalise avec celui de Iida dans le moisi bien qu’il possède des personnages de la série originale, mais bon il y a des choses que j’ai du mal à comprendre parfois, mais vraiment.

La partie de Keisuke Watanabe est originale dans son concept, prendre des personnages de la série dans une sorte de conte médiéval fantastique. Les personnages gardent les attitudes qu’ils ont dans la série, si c’est très simpliste comparé à d’autres j’ai tout de même bien aimé. De la même manière, la séquence de Ryouji Masuyama nous transporte dans une sorte de western avec un Viral au design lui aussi modifié, mais l’univers est aussi mélangé avec le mecha de la série pour en donner un résultat plutôt marrant. Elle se distingue aussi avec un Kamina aux airs démoniaques et ça donne un tout assez comique au final. En dernier lieu, la séquence de Hirokazu Kojima avec une animation façon estampe japonaise qui sort le plus du lot. Je suis mitigé sur cette partie, autant le concept m’a bien plu, autant l’animation m’a pas mal rebuté. Comme les deux derniers clips dont j’ai parlé, l’idée est d’apporter les personnages dans une ambiance différente, cette fois-ci dans un vieux Japon. Niveau visuel j’ai d’avantage eu l’impression que l’auteur s’est donné à un style qu’il ne maîtrisait pas, donnant en résultat un mélange pas très correct. Au final je ne reste que peu convaincu par ce premier opus, outre le fait que je m’attendais au départ à des clips beaucoup plus emprunts à l’univers original, j’ai été déçu de trouver parfois des séquences qui ne semblaient pas tenir à grand chose.

Visuels du volume 2 Parallel Works (édition normale à gauche, collector limitée à droite)

Le deuxième volume de Parallel Works comporte 7 épisodes et a été annoncé avec l’arrivée du second film de la série : Lagan-hen. Ce second opus se distingue du premier notamment par le fait d’utiliser des « character song » qui ne proviennent pas directement de la BO de la série contrairement au premier volet mais aussi par l’apparition de quelques duo. De plus ce volume comporte deux éditions dont une collector limitée possédant un second cd audio ainsi qu’un booklet. Le second cd contenant les fichiers suivants :

  • Asu he (明日へ)
  • King porter stomp
  • Nelson stomp
  • Big building
  • Miracle idol star (ミラクルアイドルスター)

Concernant le premier cd ou l’édition standard :

Akemi Hayashi (林明美)

Directrice de l’animation de l’épisode 22 et animatrice dans le film Ragan-hen.

The sense of Wonder
Gekidan Inu Curry (劇団イヌカレー)

Duo formé par Ayumi Siraishi (白石白石) animatrice dans l’épisode 11 et par Yosuke Anai (ヨスケアナイ).

Ore no *** ha uchuu hitotsu

オレノ×××ハウチュウヒトツ

Shouko Nishigaki (西垣庄子)

Animatrice de l’épisode 9 et dans le film Ragan-hen.

Sayonara Dai-Gurren.

さよならダイグレン

Ayumu Kotake (小竹歩)

Storyboard et directrice de l’animation de l’épisode 15 et animatrice dans l’épisode 7. Ainsi que Shintarou Douge (道解慎太郎); ancien de Gainax ayant bossé sur Shikabane Hime avec Kotake.

Big Building
Satoru Yamaguchi (山口智)

Associé de Akira Amemiya (voir v.1), il a bossé en tant qu’animateur sur blood+ et Noein.

Kiyal no magical time. San pun mae.

キヤルのマジカルタイム、三分前。

Shouji Saeki (佐伯昭志)

Storyboard, directeur des épisodes 4 et 21, animateur dans l’épisode 21. Shingo Abe (阿部慎吾), directeur de l’épisode 13, 21 et 26 et animateur dans l’épisode 13, 15, 17 et 21.

Gunmen Symphonia

ガンメンシンフォニア

Sushio (すしお)

Directeur de l’épisode 15 et animateur dans 5 épisodes de la série et dans le film Ragan-hen.

Kitan Zero

キタンゼロ

J’ai beaucoup plus apprécié ce second volet que je trouve moins atypique et aussi plus intéressant que le premier. The sense of Wonder de Akemi Hayashi est déjà très intéressant, l’animation est lisse et très agréable à l’œil et la musique (de I’s CUBE) colle parfaitement avec l’animation. Le personnage de Nia diffère quelque peu de la série originale mais est franchement bien foutu (par contre je reste plus réservé pour les autres), le tout baigne dans une superbe ambiance. La séquence de Gekidan Inu Curry m’a par contre plutôt rebutée et est d’ailleurs vraiment la seule dans ce deuxième opus. Visuellement on a une sauce au visuel atypique mais qui ne prend pas les yeux, on peut apercevoir les personnages brièvement mais je n’ai pas retenu grand chose de fabuleux. Ceci dit, c’est évidemment (et comme pour les autres) purement subjectif, les auteurs apparemment habitués à ce style. Sayonara Dai-Gurren m’a étrangement pas mal inspiré à du Ghibli bien que Shouko Nishigaki ne semble n’avoir jamais travaillé dans le studio. L’ensemble est plus poétique et possède une particularité au niveau du son avec l’ajout de quelques bruitages, évidemment il n’y a toujours pas de voix (bien qu’ils animent toujours les personnages en train de parler) mais contrairement au première opus où il ne s’agissait que d’animation avec uniquement la bande son de la série, là il y a un vrai travail sur le son. Big Building n’est pas une très grande réussite mais semble faire référence à beaucoup d’autres choses. Visuellement j’ai eu l’impression de me retrouver face à de l’animation pour enfant à faible budget, pour dire.

Kiyal no magical time. San pun mae est une production plutôt étrange qui sort du lot par son thème, Yamaguchi semblant être un auteur connu dans le bishojo. L’animation est très agréable mais encore une fois je regrette le peu de correspondance avec l’univers de TTGL, mise à part le fait qu’elle se déplace sur un robot volant et qu’elle combat un Ganmen en tant que … magical girl, ce qui est plutôt déconcertant même si sur le coup c’est assez drôle. Gunmen Symphonia est plus un travail de mecha design animé, j’ai plutôt bien aimé même s’il n’y a pas une bribe de fond de scénario derrière. On observe les différents types Ganmen possibles, l’évolution de celui-ci; ça montre en quelque sorte le potentiel possible dans la partie mecha assez libre de la série. Et j’en arrive à Kitan Zero qui est sûrement pour ne pas dire obligatoirement le meilleur passage de ces deux opus. Réalisé par Sushio, c’est vraiment un plaisir condensé en 9 minutes. Comme d’autres j’ai trouvé l’animation superbe, l’ensemble ne manque pas d’humour et de références (notamment à Akira avec le passage au fusil laser). Le chara design est très bien réalisé et on ressent de manière très agréable l’ambiance de la série. Assurément le clip qu’il faut voir si l’on ne veut regarder qu’une partie des parallel works, c’est aussi un peu ce que je m’imaginais trouver dans ces travaux omnibus.

Que faut-il alors retenir de ces deux projets omnibus de la série ? Malheureusement ça n’a pas été à la hauteur de ce que je m’imaginais au départ, surtout pour le premier opus qui m’a plus donné l’impression d’utiliser le thème de la série parfois plus comme prétexte. Si on exclut cette idée et que l’on recherche clairement un ensemble d’animations vraiment différentes sous une idée plus ou moins abordée, alors le concept est là et on est servi. Quelques clips se distinguent tout de même des autres avec un ensemble que je trouve plus travaillé. Le deuxième opus a beaucoup gagné à réaliser des characters song propres aux différentes animations plutôt qu’à garder uniquement la bande son originale. Loin d’être indispensable, ces travaux resteront tout de même agréables par la présence de certains clips très bien foutus ou parfois même juste sympathiques.

Note : A savoir que les parallel works sont aussi disponibles dans les dvd collector des films aux éditions américaines (Bandai).

Note HS : Rapidement car ce n’est absolument pas dans le sujet, je tiens à dire que ma rétrospective sur Masaaki Yuasa est mal passée sous Sama du à une mauvaise gestion personnelle des brouillons. Avis aux lecteurs samaniens intéressés qui l’auraient loupée.

Source ou plus d’infos sur : Mata-WebPage dédiée SpiralSpirit (site dédié à la série)Fiches peoples d’ANNPage officielle pour parallel works 1 et parallel works 2News Manganimation sur le parallel works 2Le topic associé sur le forum manganimation (notamment pour les animateurs clé)

2 réponses à “Parallel works 1 et 2 : Le TTGL qui n’en est pas un ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s